· 

La motivation

 

La motivation est une énergie puissante qui peut mener de réussite en réussite. Mais comment la trouver et la garder ?

 

Bâtir  un  projet  qui  donne  sens  aux  études

La motivation n’arrive pas d’un coup chaque année le 1er septembre. 

 

Comme l'a montré Rolland Viau (un spécialiste canadien de l'éducation qui a étudié en détail la motivation scolaire) tout étudiant a besoin de savoir dans quel but il travaille et surtout, pourquoi et vers quoi il se dirige.

 

La première chose, quel que soit ton niveau d'étude, est donc de tenter de cerner ou de préciser tes projets d'avenir. 

 

Comment tu te vois dans trois, cinq ou dix ans ?

 

La question vaut aussi pour ceux qui ont réussi à intégrer des écoles prestigieuses : 

 

Si tu as intégré ces grandes écoles simplement parce que tu as réussi un concours après deux ans de classes prépa intensives, ce n’est pas la bonne solution. Tu dois découvrir ce que tu veux faire de tes études.

 

Les plus chanceux ont déjà en vue une profession précise : ingénieur, mécanicien, comptable... C'est un cap qui indique les choix d'orientation à faire, et auquel on peut se raccrocher lorsque le moral flanche.

 

"Écrivez sur une feuille votre objectif professionnel et regardez-la quand vous vous sentez découragé", conseille le Dr Chantal Régnier aux étudiants en première année de médecine.

 

À défaut, tu peux te laisser guider par un intérêt pour un secteur – l'énergie, l'aéronautique – ou un projet de vie qui pourra se préciser au fil du temps : voyager, travailler dans l'économie sociale et solidaire, monter son entreprise, etc.

 

Être  à  l'aise  dans  son  école

La motivation dépend aussi de facteurs affectifs et humains qui t’entourent : si tu démarres tes études dans une école où tu n'as aucun ami, peu de contacts humains chaleureux, et aucune reconnaissance de tes enseignants, tu risques de te sentir de moins en moins motivé.

 

Au début de chaque année, prends du temps pour découvrir l'établissement, t’ouvrir aux autres, et t’engager dans certaines activités extra-scolaires : sport, clubs, associations, action humanitaire... tu seras alors bien mieux armé pour te concentrer sur tes études.

 

Le  plus dur, c'est  de  commencer

 Si tu attends d'être motivé pour te lancer, tu risques fort de rester à la case départ...

 

Car la motivation vient après l'action, c'est un autre résultat des recherches de Rolland Viau. Admettons par exemple que vous vous inscriviez à des cours de natation l'hiver. Au moment de partir, l'idée de vous plonger dans l'eau froide vous rebute fortement. Alors qu'après deux heures d'entraînement, vous vous sentez finalement en pleine forme et motivé pour la prochaine séance.

 

La comparaison vaut en matière d'étude. Pour mettre en route le moteur de sa motivation, tu dois tout simplement... commencer à étudier ! Car plus tu te rapproches du but, plus ta motivation va augmenter.

 

C'est pourquoi le début d'année, de trimestre, de journée, ou bien le moment où vous devez vous mettre au travail personnel après les cours le soir sont si stratégiques. C'est là qu'il faut actionner le levier de votre volonté pour vous arracher au sommeil ou aux mille tentations de loisirs qui vous assaillent…

 

Se  fixer  des objectifs  intermédiaires

Pour te motiver au quotidien, ton  projet professionnel ne suffit pas car il est encore lointain.

Il faut donc te fixer des objectifs de réussite scolaire réalisables.

Il faut ensuite découper son objectif d'année (obtenir son passage, son stage, son orientation) en une série d'objectifs proches : pour le trimestre, le mois, la semaine.

 

Je te conseille de te fixer des objectifs SMART : Spécifiques, Mesurables, Atteignables, Réalistes, et définis dans le Temps...

 

Dans vos études, fixez-vous aussi des objectifs précis (obtenir la moyenne au prochain contrôle), mesurables (par exemple dans une note), mais toujours réalistes par rapport à vos possibilités (augmenter sa moyenne de 2 points, finir la révision d'un chapitre).

 

Préférez toujours la stratégie des petits pas aux grandes ambitions :

vous engrangez ainsi de petites réussites qui alimentent la motivation.

Persévérer  pour  vaincre  les  premiers  obstacles

Même l'étudiant le plus motivé ne peut maintenir toute une année (ou une journée) le même niveau d'implication. La fatigue, la lassitude, l'ennui, la difficulté de l'apprentissage, les déceptions, le doute peuvent l'envahir tour à tour.

 

Il ne faut pas croire en effet que, parce que l'on a choisi des études qui nous plaisent, la route sera toujours plaisante : le travail intellectuel lui-même implique des efforts parfois pénibles. Et toute discipline comporte des parties plus ennuyantes. Le musicien doit commencer par faire des heures de gamme, et le sportif de haut niveau connaît la souffrance à l'entraînement.

 

N'abandonne donc pas tes efforts (ou tes études !) dès le premier obstacle.

 

Pour persévérer, apprends cependant à découper tes efforts, ne travaille pas au dernier moment. Étudie régulièrement, plutôt qu'en gardant tout pour la veille de l'examen.

Mieux vaut également des séances de travail courtes mais fréquentes que de longues heures durant lesquelles vous êtes peu concentrés. Vous passez ainsi les obstacles les uns après les autres, et vous prenez confiance en vous.

 

Bien  interpréter  ses résultats  :  ne  pas  se  décourager

Attention : ne te laisse pas vaincre par le découragement mais habitues toi à réagir pour sauver ta motivation.

 

C'est le moment d'analyser tes erreurs et d'ajuster tes méthodes de travail. Les lycées comme les facs aident de plus en plus les étudiants à améliorer leur méthodologie : prise de notes, gestion du temps, mémorisation, travail personnel ou en groupe, tutorat…

 

Face aux "mauvais" résultats, sache aussi faire la part des choses. Tout n'a pas été raté. Regarde tes acquis, félicites-toi pour les obstacles que tu as réussi à vaincre.

 

Situes précisément tes lacunes et refixes-toi de nouveaux objectifs réalistes et faciles à atteindre : bien apprendre le prochain cours, rester concentré durant 20 minutes, revoir un chapitre difficile. Quand tu l'as atteint, félicites-toi. Ta motivation va ainsi peu à peu refaire surface. 

 

Rédaction Service civique :  Kenza  

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0